« We Are So I Am »
( traduction anglaise de « Nous sommes donc je suis » )

Notre modèle de société cartésien actuel basé sur la célèbre maxime « Je pense donc je suis » semble arriver à son paroxysme car sa déconnexion avec la réalité du vivant et de ses lois d'interdépendance est désormais à un point critique.

Toute transformation profonde de civilisation passe par une étape de crise, c'est-à-dire la fin d'un modèle et la fin d'un cycle pour ainsi accueillir une conscience plus élevée.

La transformation de la société commence par notre propre transformation intérieure. Chacune de nos pensées, paroles et actions façonnent le monde de demain.

Cette époque si particulière de transformation que nous vivons, nous pousse avec force à chercher en soi ce qui est le plus Essentiel. Elle nous interroge sur un certain nombre de questionnements:

  • Qu'est-ce que nous ne voulons plus ?
  • A quoi aspirons-nous ? Quel sont les idéaux que nous désirons voir naître ?
  • Désirons-nous être spectateur ou acteur du changement ?
  • Comment se positionner dans ce monde en pleine mutation ?

Toutes ces remises en questions et cette exploration intérieure nous invite à une connaissance profonde de nous-même.

« We are so I am » regroupe un ensemble de programmes d'accompagnement et d'enseignement visant à :

  • Approfondir une connaissance de soi (reconnaissance de soi : qualités, talents, ressources, défis...)
  • Accueillir sa propre transformation intérieure (crise existentielle, rupture, burn-out...)
  • Trouver sa place dans le monde (projet de vie, reconversion professionnelle...)
  • Déployer ses capacités créatrices (confiance en soi, expression de sa nature profonde, oser, entreprendre...)
  • Améliorer sa relation aux autres (couple, famille, entourage...)

« We Are So I Am »

Cette pensée inspirée de la sagesse indienne vient nous évoquer l'interdépendance du vivant au sein de notre existence et des liens qui la composent. Cette interdépendance est présente sur tous les plans : la matière, les émotions, les pensées (le mental), les sentiments et ainsi que de multiples aspects subtils.

Loin d'être une belle formule poétique ou philosophique, cette réalité vient nous interroger sur notre mode de vie « rationnel » et « cartésien » actuel issu de Descartes avec la célèbre maxime: « Je pense donc je suis ».

Le paradigme occidental actuel repose effectivement sur l’illusion que nous sommes des êtres séparés, indépendants de la nature et de son prochain. Des personnes souveraines libres d'exploiter et de dominer la nature à sa guise. En se fondant sur la vision d'être des « individus » séparés des un des autres, nous nous coupons des liens subtils qui sont au cœur de notre humanité. Nous rompons par la même occasion les liens qui nous unissent à la nature, à autrui et au bout du compte … à nous-même.

" We Are So I Am ", en quelques propos :

  • « Lorsque je suis heureux du bonheur d'autrui, j'ouvre un espace en moi chargé de joie, de bienveillance, d'humilité et de confiance en la vie. Cet espace sera source d'inspiration et de création dans ma propre existence. Si au contraire, je suis jaloux, je ferme instantanément cet espace ce qui me plongera dans le sentiment d'injustice, de frustration, de séparation puis de colère ».
  • « J'ai besoin de toi. J'ai conscience que tu connais des choses que je ne connais pas, et j'aurai de la joie à partager les choses que je connais et que tu ne connais pas ». « Nous avons plus à gagner dans le partage que dans la séparation ». « Si je pense n'avoir besoin de personne, je suis alors dans une illusion totale ».
  • « Je prends de plus en plus conscience que ce partage mutuel est contagieux. Plus je partage les fruits de mes expériences, plus autrui aura à cœur de partager les siennes »
  • « Plus je m'autorise à manifester mes qualités humaines et plus celles-ci se renforcent. Ce qui permet à autrui par jeu de miroir de contacter ses propres qualités. Je suis alors plus ouvert aux autres car je ne suis plus dans la peur. »
  • « Plus je suis curieux et tourné vers les autres, plus je suis ouvert aux possibilités que m'offre la vie. Plus je suis tourné vers moi, plus je me ferme et me focalise sur mes difficultés, ce qui entraînera peur et isolement ».
  • « Je ne suis pas seul devant l'adversité, je fais partis de la famille des humains. Tout comme moi, des millions de personnes traversent les même difficultés que moi. Certains d'entre eux ont traversé les même épreuves avec succès et leurs expériences peuvent m'aider. Je ne suis donc pas seul. »
  • « Plus j'expérimente la bienveillance dans un esprit de fraternité, plus je réalise et j’intègre que cette qualité est au cœur de mon humanité et du monde du vivant ».
  • « Ce qui se passe à l'autre bout du monde, comme ce qui se passe au bout de ma rue, me concerne. Je comprend que rien n'est séparé, ni isolé ».